Accessibilité : une réalité incontournable

« Retour

 


 

 

 

 

 


ZOOM :


Rapport sur
l’accessibilité :

mOui, l’échéance légale de 2015 pour
la mise en accessibilité sera maintenue.
Mais non, à cause du retard pris,
tous les ERP et moyens de transport
ne pourront être accessibles. Pour
autant, pas question
de baisser les bras.
A l’occasion du Comité interministériel
du handicap (CIH) qui s’est réuni
en septembre dernier, le gouvernement
a renforcé son engagement
pour trouver des solutions concrètes
et rattraper les retards accumulés
ces dernières années.
S’appuyant sur le rapport « Réussir
2015 » de la sénatrice Claire-Lise
Campion, la feuille de route prévoit
le renforcement des agendas
d’accessibilité, les Ad’aP : les
maîtres d’ouvrage, publics et privés,
s’engageraient avant fin 2014 sur un
programme de mise en accessibilité
qu’ils devront respecter dans
les sept ans à venir.
Le gouvernement prévoit égaleent
les interventions de la BPI, la Caisse
des dépôts et le recrutement de
1000 ambassadeurs de l’accessibilité
en service civique.
Un premier bilan sera présenté à
l’occasion de la Conférence Nationale
du Handicap qui se réunira en 2014.
A suivre…

ACCESSIBILITÉ : UNE RÉALITÉ

INCONTOURNABLE

L’accessibilité ne sera pas au rendez-vous en 2015. Malgré les
efforts réalisés, l’obligation, prévue par la loi handicap de 2005
pour les bâtiments recevant du public, ne pourra être tenue.
L’accessibilité concerne et profite à toute la société.
C’est en cela qu’elle est universelle.

Bientôt 2015, et seulement 15%
des établissements recevant du
public sont aujourd’hui accessibles.
Un constat alarmant : de
nombreuses collectivités n’ont pas mesuré
l’ampleur du chantier et ne réagissent que
maintenant...
Le principal problème reste le manque
de coordination et de vision globale de
l’accessibilité de la ville. En effet, quand
les lignes de bus sont équipées d’une
rampe d’accès, les trottoirs ne sont pas
adaptés et ne permettent donc pas de
prendre les bus !
Pour une mise en accessibilité réussie,
une vraie collaboration à la fois des élus,
des techniciens et des associations doit
donc se mettre en place. Tel est le cercle
gagnant de l’accessibilité.
Jean François Chossy, auteur de la loi du
11 février 2005, se veut plus tempéré « On
a de vraies belles réalisations partout en
France, même s’il est clair que ce n’est
pas en dix ans qu’on peut changer une société
construite en plusieurs siècles. Donner
une date butoir a quand même permis

de mettre tout le monde sous tension... »
Notre société comprend peu à peu que
l’accessibilité est avant tout une affaire
de connaissance, de compréhension et de
solidarité mais qu’elle concerne et profite
également à tous. C’est en cela qu’elle est
universelle. Alors, faisons confiance en la
capacité de nos villes à mieux accueillir
ceux d’entre nous qui sont temporairement
ou durablement affectés par une réduction
de leur autonomie et de leur mobilité. Dans
un contexte où, aujourd’hui, le sujet du
handicap dans son ensemble est davantage
regardé, envisagé, compris...
                              
Eléonore Roucote