L’entretien d’embauche

« Retour

 


L’entretien d’embauche

 

L’entretien d’embauche est un exercice crucial. « Pouvez-vous me parler de vous ? », « Quels
sont vos défauts ? », « Êtes-vous sûr d’avoir les épaules pour occuper ce poste ? ». Des questions
classiques qui, bien souvent, continuent de déstabiliser les candidats. Alors comment
les gérer ? Et quels arguments mettre en avant pour se présenter ? Tout simplement, comment convaincre ?...

 

 


Savoir se présenter ne s’improvise pas. Vous devez

être bien préparé. Cela nécessite un travail
de réflexion en amont. En faisant le point sur
vos qualités mais aussi vos faiblesses, traits de caractère
et compétences, vous démontrez au recruteur que
vous avez une certaine maturité et du recul sur votre
parcours professionnel.

Vos compétences sont là. Positivez !
Connaître ses compétences et savoir les exposer
simplement c’est 50% de la réussite d’un entretien.
Sachez que vous n’aurez que peu de temps pour vous
présenter. Alors faites le point sur vos expériences et
surtout valorisez-vous.
Mettez en lumière les missions clés en les reliant à
chaque fois au poste proposé.
Attention : n’employez jamais de termes négatifs
(« malgré mon manque d’expérience »), vous devez
toujours donner une image positive.
Ce qui intéresse l’entreprise, c’est de savoir comment
vous réagissez face à certaines situations problématiques,
et quelle sera votre capacité d’adaptation. Un
parcours sans faille n’existe pas.
Après l’aspect professionnel, pourquoi ne pas évoquer
vos hobbies, vos passions. Le mieux est de sélectionner
des exemples en rapport avec les valeurs
de l’entreprise : sport individuel ou collectif, piano ou
guitare classique.

 

 

 

Ayez confiance !

Un candidat qui a de l’assurance et un autre qui est hésitant ?
Face à un recruteur, devinez
lequel l’emporterait ? Motivation, envie mais également confiance en soi sont les clés de la réussite !

 

 

Pour convaincre le recruteur, il faut croire en
ses propres compétences et être convaincu
de sa valeur.
La confiance en soi est un atout certain et peut
même palier à un manque éventuel d’expérience
professionnelle.
Il n’est pas nécessaire pour autant d’afficher
votre différence à tout prix : vous devez être
vous-même, mais sans exagérer.
Vous prouvez également que vous savez maitriser
une situation délicate. Un plus pour le recruteur
: quelqu’un de confiant saura faire preuve
de davantage de créativité et d’audace une fois
en poste.

 

 

 

Convaincre un recruteur : programme d’entraînement

 

Se préparer à un entretien d’embauche, c’est un peu comme se préparer à un match. Sans un
bon entrainement, vous resterez sur le banc de touche. Alors, c’est parti !

 

Cultivez la pensée positive
Une fois votre discours de présentation
au point, entraînez-vous à le
prononcer à haute voix. Ensuite,
concentrez-vous et imaginez une
entrevue qui se déroule bien, où
vous ressortez gagnant et gardez le
contrôle.

Des informations sur l’entreprise
Son secteur d’activité ? Sa position
sur le marché ? Ses champs d’action
et son potentiel de croissance ?…
Allez à la pêche aux infos. C’est une
marque d’intérêt pour l’entreprise.
Tous les éléments sont en général
sur le site internet. Sachez que
« Le mot du président » est souvent
riche d’infos pour comprendre les
valeurs de la société.


Gérer le stress
Pourquoi ne pas changer votre vision
de l’entretien ? Ce n’est plus
un examen où vous êtes jugé mais
une rencontre grâce à laquelle vous
vous assurez que le poste est en
adéquation avec vos attentes. Ayez
une attitude d’offreur de services

plutôt que de demandeur d’emploi.
Par ailleurs, gardez bien en tête
que les employés d’une entreprise
sont un investissement et pas une
charge. Un emploi n’est pas un service
que l’on vous rend et la mission
que l’on s’apprête à vous donner
aura aussi des inconvénients : vous
pouvez le faire valoir en posant des
questions à ce sujet. N’oubliez pas
que vous pouvez refuser un poste
qui ne vous conviendrait pas considérant
qu’il n’exploite pas l’intégralité
de votre potentiel.

Faites tomber les préjugés, votre
handicap n’est pas un frein
Pendant l’entretien, la question du
handicap doit être un point parmi
d’autres. Ne mettez, en aucun cas,
votre handicap au coeur de la discussion.
Présentez d’abord votre
parcours et vos savoir-faire.

Echangez !
Trop souvent, lorsqu’on demande
à un candidat s’il a des questions,
il se contente de répondre non.
Au final, beaucoup ne font que se

vendre sans s’intéresser réellement
à l’entreprise ou au poste.
Erreur ! Les questions sont une
marque d’intérêt pour le recruteur.
Quels sont vos principaux clients
(ou concurrents) ?
Quel est votre positionnement marketing
?
Quels sont vos axes stratégiques /
de développement de l’entreprise ?
Ce que l’employeur attend de
vous, les objectifs du poste et les
moyens mis à disposition ? Quelle
est l’évolution possible ? Les futurs
projets ? Comment s’organisent les
différents services ? Ou encore ce
qui lui a plu dans votre CV, pourquoi
il a retenu votre candidature et ce
qu’il a pensé de l’entretien.



Mettez-vous dans des conditions
optimales. Arrivez en avance, éteignez
votre téléphone, concentrez-vous
sur l’objet de l’entretien, respirez
profondément. Et surtout, restez
vous-même. Faites-vous confiance !

 

 

Le guide de survie

 

Envisager sa recherche de
travail comme un combat à
mener ? C’est ce que propose
« Le Guide de survie de l’emploi
2014 » en livrant astuces et
coaching qui permettent de se poser
les bonnes questions pour vous
mener à la réussite !
Loin des ouvrages classiques, il est
rédigé comme un véritable outil interactif
et propose de couvrir toutes les
phases de votre recherche d’emploi.
Les chapitres « Booster son mental
: Psychologie de la réussite »
et « Prendre soin de son corps »
mettent, par exemple, en lumière
les conséquences que la perte d’un
emploi peut entraîner sur le moral
et sa santé et les conseils pour les
retrouver !

Disponible gratuitement sur
http://blog.qapa.fr/nouveau-le-guide-desurvie-
pour-lemploi-2014

 

Optimisez le suivi de votre candidature

 

Encore trop peu de candidats recontactent leur interlocuteur après avoir envoyé leur CV ou
après avoir été reçu en entretien. Une erreur tactique selon bon nombre de recruteurs. Alors,
sachez faire la différence avec un simple mail ou un coup de téléphone.

 


Le suivi de votre candidature

s’amorce dès la fin de votre
entretien. « Quelle est la suite
de la procédure : dois-je
vous rappeler,
et dans quel délai ?
Ou bien

est-ce vous qui me recontactez et quand ? »
Des questions capitales qui confirment
votre intérêt pour le poste et
souligne votre professionnalisme.
A ce sujet, sortez votre agenda et
notez la date convenue.
Sachez qu’une candidature sans relance
a peu de chance d’aboutir. Au
plus tard 3 jours après l’entretien,
envoyez un mot de remerciement.
Profitez-en pour rappeler votre motivation
et réaffirmer vos compétences
que vous jugez primordiales
pour remplir les missions du poste.

 

 

Ce qu’il faut éviter de faire !
Ne pas respecter le timing. Le recruteur
vous a précisé qu’il vous rendrait
sa réponse sous 15 jours. Inutile, donc,
de le recontacter 48 heures après votre
rencontre, sauf pour un mail de remerciement...