Les parcs de loisirs

« Retour

 


 




EN CHIFFRE


300

sites de loisirs
en France

23 000

salariés

55 000

emplois

70

millions de visites
par an

250

millions d’euros
investissement

2.3
milliards d’euros de
chiffre d’affaires par an

                                  

A SAVOIR
ACCESSIBILITÉ

Aujourd’hui, la plupart
des parcs d’attractions
sont accessibles aux
personnes handicapées,
comme le Futuroscope, le
Puy du Fou (Vendée) et
Océanopolis en Bretagne
et sont reconnus par le
label Tourisme et Handicap,
qui garantit un service    
de qualité au niveau
des aménagements
et de la sécurité dans
l’accueil des personnes
en situation de handicap
moteur, auditif ou mental.
Certains proposent 
un accompagnement
(location de fauteuils
roulants et itinéraire
recommandé), des tarifs
préférentiels ou éditent
des guides à l’intention
des visiteurs handicapés.

 

L’engagement des parcs de loisirs

Disneyland Paris, Vulcania, Le Futuroscope, le parc Astérix, parcs aquatiques,
parcs animaliers et certains monuments comme la tour Eiffel...
Avec 2,3 milliards d’euros de chiffre d’affaires chaque année, les parcs
de loisirs ne connaissent pas la crise ! Leur nombre a même doublé en
dix ans offrant ainsi de nombreuses opportunités d’emplois. Tour d’horizon.

 



Du géant Disneyland Resort Paris à

d’autres entreprises régionales ou familiales
de moins de dix personnes, les
300 sites de loisirs en France - qui représentent
10% du marché en Europe - font travailler
23 000 salariés et recrutent en permanence.
Les postes à pourvoir dans le secteur
s’adressent tant aux débutants qu’aux candidats
plus expérimentés, dans les métiers de
l’accueil, la sécurité, l’animation, le spectacle,
la restauration et l’hôtellerie, la vente, la propreté
ou la technique.
Les sites qui restent ouverts toute l’année
comme Disneyland Paris sont les numéros un
en matière de recrutement bien loin devant le
Musée du Louvre, le château de Versailles ou
la Tour Eiffel.

Le talent qui prime
Les parcs sont de plus en plus impliqués en
faveur du travail des travailleurs handicapés.
Avec une Mission Handicap créée en 1993, un
taux d’emploi de 6% et un 7ème accord signé
en mars 2011, Disneyland Paris se place en
tête de peloton.
« Il n’y a pas de postes réservés aux personnes

handicapées. Ici, c’est le talent qui prime et tous nos
postes sont ouverts ! » explique Sylvie Bracquemond,
responsable Mission Handicap
chez Disneyland Paris. « Nous recherchons avant
tout des compétences et ensuite nous aidons la
personne
handicapée à évoluer
dans l’entreprise. Aujourd’hui, plus de 500 salariés
handicapés
travaillent chez nous, en CDI, CDD,
temps plein, temps
partiel ou en alternance… »
De son côté, la Compagnie
des Alpes qui rassemble
le Parc Astérix, France miniature,
Planète sauvage,
La Mer de sable, Walibi Sud-Ouest
et Rhône-Alpes,
Aqualibi
et le Futuroscope, poursuit elle aussi ses
avancées en matière d’emploi des travailleurs
handicapés avec 66 salariés embauchés l’an
dernier (53 en 2011).
En 2009, Le Parc Astérix et La Mer de sable ont
signé, avec l’Agefiph, une Convention de partenariat
pour l’emploi des travailleurs handicapés
et le parc Astérix a obtenu, en 2010, la Label
Diversité.
Depuis quelques mois, les Domaines Skiables
de France, autre acteur majeur de l’activité de
loisir, a engagé une réflexion sur l’emploi des
travailleurs handicapés et a déployé un plan
d’action pour l’emploi : la section Haute-Savoie
du Domaine prévoit la signature de 30 contrats
emploi d’avenir d’ici décembre 2014 en CDD
et CDI.
Une approche plutôt volontariste qui défend
l’égalité des droits et des opportunités pour
tous, pour les personnes handicapées mais
aussi pour d’autres engagements dont la parité
Femmes-Hommes, l’emploi des Seniors et l’ensemble
des salariés éloignés de l’emploi.

                                                  Philippe Audouin