Rencontre avec Odile Mennéteau, nouvelle Présidente de l’Agefiph

« Retour

 


 

Rencontre avec Odile Mennéteau, nouvelle

Présidente de l’Agefiph

 

Depuis un an à la tête de l’Agefiph et dans un contexte où le taux de chômage

atteint des records chez les personnes en situation de handicap, Odile Menneteau

a décidé d’inscrire son mandat autour de trois chantiers prioritaires : l’accès à

l’emploi, le développement de la formation par des contrats en alternance, et le

maintien dans l’emploi ou prolongement de la vie au travail, y compris pour les seniors.

« L’accroissement du nombre de salariés handicapés est bien perçu comme une

évolution positive par les employeurs et les salariés. »

 

La deuxième priorité
que nous poursuivrons est celle du maintien
dans l’emploi, dans une logique de
prolongement de la vie active.

Début 2013, le Conseil d’Administration

de l’Agefiph a décidé de
renforcer ses aides en matière de
maintien dans l’emploi en mettant
en oeuvre une mesure d’aménagement
du temps de travail pour les seniors handicapés.
Par ailleurs, en matière d’accès
à l’emploi des jeunes et de prolongement
de la vie au travail des
séniors, des décisions ont été arrêtées
s’agissant des emplois d’avenir
et des contrats de génération.

Parlez-nous des résultats de la
campagne sur le maintien que
vous aviez lancée en début d’année ?
Dans le cadre de la mise en application
des priorités dont j’ai parlé,
nos Délégations régionales sont
allées à la rencontre de l’ensemble
des médecins du travail et des services
sociaux de l’assurance maladie
dans toute la France. L’objectif
était de mieux faire connaître les
aides et services proposés par
l’Agefiph en matière de maintien
dans l’emploi. Et de lancer la nouvelle
aide au maintien en fin de carrière..
En communiquant sur le maintien dans l’emploi,
notre objectif premier était que les
professionnels de la santé au travail,
lorsqu’ils ont connaissance de difficultés
rencontrée par un salarié dont
le handicap survient ou s’aggrave,
aient le réflexe de faire appel à l’offre
d’intervention Agefiph pour trouver les
solutions qui vont lui permettre de
conserver son emploi.
Au premier semestre 2013, l’Agefiph
a rencontré sur l’ensemble du
territoire 4500 acteurs de la santé
au travail, principalement des
médecins du travail et les a mobilisé
autour du slogan « Le meilleur
moyen de garder un salarié c’est
d’agir ». Plus de 30 000 dépliants
ont été diffusés et 3 000 affiches
apposées dans les salles d’attente
des services de santé au travail,
les maisons départementales des
personnes handicapées…

Globalement, où en est l’emploi
des travailleurs handicapés aujourd’hui ?
Au premier semestre 2013, deux
signaux nous semblent encourageants.
Le nombre d’insertions
repart à la hausse au 1er semestre

2013. Les Cap emploi ont contribué
à 29 466 recrutements de travailleurs

handicapés, tous types
de contrats confondus, soit une
hausse de 10% en un an.

De même, les entrées en formation

pour les personnes accompagnées
par les Cap emploi ont progressé
au 1er semestre 2013, notamment
les formations de remise à
niveau / pré-qualifiantes. Ces dernières,
à l’instar des contrats de
professionnalisation, bénéficient à
un public majoritairement féminin.
336 900 salariés handicapés
(+9,5% en un an) bénéficiaires en
2010 de l’obligation d’emploi de
travailleurs handicapées (OETH)
sont salariés dans les 97 200
établissements privés assujettis
pour un effectif global d’assujettissement
de 8 838 800 salariés (-1,4%).
Des efforts restent à accomplir.
Mais notre source de satisfaction
est de constater que les entreprises
ne relâchent pas leurs efforts.
En témoigne le fait que leur
nombre d’établissements contribuant
à l’Agefiph a encore baissé.

Constatez-vous une évolution
des mentalités ces dernières
années ?
L’évolution des mentalités accompagne
l’évolution des pratiques en
entreprise. En témoigne un sondage
IFOP, commandé par l’Agefiph
en novembre 2012 à l’occasion de
ses 25 ans.
60% des employeurs et 59% des
salariés ont changé leur regard sur
l’emploi des personnes handicapées
depuis 2008. Principalement
grâce aux campagnes de communication,
une rencontre avec une personne
en situation de handicap au
sein de l’entreprise, l’exemple des
autres entreprises mais également
au film « Intouchables » et aux jeux
paralympiques de Londres !
L’accroissement du nombre de salariés
handicapés est aujourd’hui
bien perçu comme une évolution
positive par les employeurs et les
salariés. Et inversement, les évolutions
des représentations, les
campagnes de communication et
l’expérience positive d’un premier
salarié handicapé expliquent, audelà
de l’effet incitatif de la loi de
2005, ces progrès.
      Propos recueillis par Rébecca Assoun

Quelles sont les priorités de
votre mandat et quelles actions
comptez-vous mener ?
Pour la mandature 2012/2015, le
Conseil d’administration de l’Agefiph
a retenu des priorités qui
visent à identifier les meilleurs
leviers pour répondre à certains
freins structurels et conjoncturels,
qui rendent parfois difficile l’accès
des personnes handicapées à l’emploi.
Structurels, car l’écart de qualification
avec l’ensemble des salariés
et des demandeurs d’emploi demeure
un désavantage majeur pour
les personnes handicapées.
Aider à combler ce déficit reste clairement
en tête de nos priorités. Dans
cette perspective, la modalité que
nous privilégions est la formation
notamment via l’alternance. Offerte
sans limite d’âge aux personnes
handicapées, elle favorise l’acquisition
de nouvelles compétences
en conjuguant travail et formation.
C’est ainsi qu’en juillet nous avons
lancé un plan de développement de
l’alternance pour inciter les entreprises
à recourir à ces contrats (apprentissage
et professionnalisation) pour
leurs recrutements de personnes handicapées.

 

 


Aide au maintien dans


l’emploi en fin de carrière
A compter du 1er janvier
2013, cette
nouvelle aide
vise à permettre, aux

salariés seniors handicapés
confrontés
à une problématique
de maintien
dans l’emploi,
de bénéficier, sur préconisation

du médecin du travail, d’une
réduction de 20% à 50%
du temps
de travail légal ou
conventionnel avec
maintien
du salaire jusqu’à leur départ

en retraite (plus d’info : www.agefiph.fr).


Priorités


1

Renforcer la formation
professionnelle, pour les trois
ans à venir, en favorisant en
particulier l’alternance. Offerte
sans limite d’âge aux personnes

handicapées, elle permet
l’acquisition de nouvelles
compétences en conjuguant
travail et formation, ce qui
augmente leurs perspectives d’emploi.

 

 

2

Le maintien dans l’emploi,
dans une logique de prolon-
gement de la vie active.
Le Conseil d’Administration de l’Agefiph
vient de décider de renfor-
cer ses aides en matière de
maintien dans l’emploi grâce
à l’instauration d’une mesure
d’aménagement du temps de
travail pour les seniors
handicapés.

 

 

3

Développer des contrats
d’« emplois d’avenir » pour
l’accès à l’emploi des jeunes
et prochainement des
« contrats de génération » pour
le prolongement de l’activité
professionel au travail des
séniors.